Le Jardin de Vie

Un « Jardin de Vie », c’est un espace extérieur (terrasse, patio, parc…) dont l’aménagement a été conçu dans un objectif d’apport de bienfaits thérapeutiques par la nature à ses bénéficiaires. Il fait partie des thérapies non-médicamenteuses. On peut y développer une approche active par l’Hortithérapie, ou une approche plus passive.

 

Qu’est-ce qu’un jardin de vie ?

 

Un « Jardin de Vie » est un espace extérieur dont l’aménagement a été conçu dans un objectif d’apport de bienfaits thérapeutiques par la nature à ses bénéficiaires.
Il peut être développé dans tout espace extérieur, quelle que soit la surface disponible ou le type de terrain : jardin, parc, terrasse, patio ou même grand balcon !

 

  • C’est un des outils des thérapies non-médicamenteuses. Centrées sur la personne, elles ont un objectif de soins à visée thérapeutique, via des approches environnementales et humaines, qui viennent en complément des traitements traditionnels. En accompagnement des soins quotidiens, elles permettent de soulager certains symptômes, tout en contribuant au bien-être et à la qualité de vie des résidents. On peut citer, par exemple : l’Art-thérapie, la musicothérapie, la stimulation multisensorielle, la sophrologie, la médiation animale,…
  • Les jardins thérapeutiques existent aux États-Unis, au Canada, au Japon, en Angleterre depuis plus de 50 ans, où ils sont axés autour de l’Hortithérapie. Il s’agit d’une approche active via le jardinage dont l’objectif est la stimulation des sens et du cognitif. On peut aussi développer une approche plus passive en favorisant la contemplation, la méditation par l’observation de la nature qui procure un effet immédiat et naturel d’apaisement.
  • Au jardin, tous les sens peuvent s’éveiller… Certains patients ou résidents ont peu d’occasion de ressentir des choses agréables. Dans le jardin, on peut sentir la chaleur des rayons du soleil ou l’air léger sur la peau de son visage, écouter le bruit apaisant de l’eau de la fontaine ou le pépiement et le chant des oiseaux, toucher les feuilles soyeuses ou rugueuses d’un arbuste, humer l’odeur des roses anciennes, du lilas, de la menthe, admirer la beauté d’un iris ou les couleurs chatoyantes des feuillages d’automne.
  • Le jardin, c’est un lieu de vie à l’air libre qui peut devenir un but quotidien : les personnes qui en bénéficient peuvent ainsi sortir des murs de l’institution pour se mettre en mouvement et en lien avec la nature, donc avec la vie, en laissant pleinement leurs cinq sens s’exprimer.

Pourquoi un « Jardin de Vie » ?

Pour bénéficier de tous les nombreux et différents bienfaits que peut apporter la nature au jardin sur la santé psychologique, sociale, cognitive, physique…

Pour apporter du bien-être à tous : le résident ou le patient, sa famille, l’équipe soignante, l’institution et d’autres acteurs proches (écoles, habitants du quartier…)…

Des bénéfices de toutes sortes

Santé physique :
– Préserver l’autonomie et les acquis,
– Stimuler les fonctions motrices, la force physique, la vitesse, l’endurance,
– Travailler la coordination globale et fine, l’équilibre, la proprioception et la prévention des chutes…

Santé psychologique :
– Diminuer les violences et troubles du comportement,
– Réduire le stress, les angoisses, les troubles dépressifs, la fatigue mentale,
– Favoriser la stabilité émotionnelle,
– Retrouver l’estime de soi : confiance, respect et acceptation de soi,
– Procurer des opportunités de fierté, l’accomplissement personnel,…

Fonctions cognitives :
Agir sur :
– La concentration, l’observation,
– La créativité, la curiosité, l’imagination,
– Le plaisir, la joie, le rire, 
– L’apprentissage de nouvelles connaissances,
– Les capacités sensorielles et la réminiscence,
– Les repères spatio-temporels,
– La perception du temps et des saisons, le cycle de la nature,…

Vie sociale :
– Réduire les troubles comportementaux,
– Susciter la communication et la coopération,
– Favoriser les relations familiales,
– Développer la cohésion et les liens sociaux, l’amitié,
– Diminuer le sentiment de solitude… 

Des bienfaits pour tous

Bienfaits pour la personne : Le jardin devient un but dans la journée, parfois même une responsabilité. Il apporte paix intérieure pour le patient. La qualité du sommeil est rapidement améliorée. La mémoire est activée, les sens sont éveillés.

Bienfaits pour l’équipe soignante : La relation duelle Soignant-Soigné devient différente grâce au jardin. L’accompagnement est plus doux, dans un cadre propice à l’apaisement. Alors que les équipes souffrent parfois, le jardin aide à se recentrer :

  • Retrouver le plaisir de l’aide à autrui
  • Retrouver le cœur de leur métier : bienveillance et respect
  • Acquérir de nouvelles compétences
  • Permettre des projets d’équipe
  • Éviter le turn-over
  • Améliorer la Qualité de Vie au Travail

Bienfaits pour les familles : Le jardin est un lieu de vie et d’accueil convivial pour les familles qui peuvent s’y retrouver avec la personne résidente, en prenant le temps de savourer les sensations agréables apportées par la nature : la relation devient plus fluide et apaisée que dans un lieu  médicalisé.

Bienfaits pour l’Institution : Le jardin fait partie des outils d’accompagnement des personnes. En plus d’être esthétique et valorisant pour l’image de l’établissement, son accès est facile, il peut être utilisé librement par les résidents, leurs familles ou les soignants. C’est également un outil très motivant pour une équipe de soins ou de rééducation. Le jardin permet d’offrir un espace « autre », dans le cadre d’une éthique forte, et ainsi de se différencier des autres établissements.

Bienfaits pour les autres acteurs : Le jardin permet de mettre en place des projets (ateliers, animations, événements…) en lien avec des écoles, des associations locales, les habitants du quartier ou d’autres acteurs de proximité.

C’est pour qui ?

Le « Jardin de Vie » est particulièrement adapté à tout type de personne fragilisée par la vie, en établissement de soin, pour un séjour permanent, long ou court : EHPAD, hôpital, clinique, centre d’accueil spécialisé… Lorsqu’une personne vit une difficulté, sa sensibilité est exacerbée. C’est là que les vertus du jardin prennent tout leur sens en touchant la personne dans ce qu’elle a de plus essentiel.
Mais le « Jardin de Vie » répond aussi aux besoins de retour à la nature de toute personne à qui le jardin peut apporter ses nombreux bienfaits comme une respiration dans sa vie quotidienne.

Personnes agées

Qu’elles soient autonomes ou dépendantes, valides ou non, souffrant de maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, Sclérose en Plaques…) ou de fragilités naturelles liées à la vieillesse du corps…

Le jardin apporte un but aux personnes âgées, un prétexte de sortie, une responsabilité, un lieu de convivialité… un lieu où se sentir bien, en lien avec ce qu’ils sont et avec leur mémoire.

Les jardins peuvent être créés au sein de toute structure d’accueil de personnes âgées : EPHAD, unités spécialisées (UHR, UVP, USLD, UCC,…) , PASA, accueil temporaire, Résidences Séniors, en zone rurale mais aussi en cœur de ville, quelle que soit la surface.

Le jardin thérapeutique est particulièrement indiqué pour les personnes atteintes d’Alzheimer. Il leur permet de sortir d’un lieu habituellement clos, d’être en relation avec la nature et de laisser la place aux sens. Ils sont conçus pour la pleine sécurité de la personne.

Personnes handicapées

Avec un handicap moteur ou cérébral, présentant des troubles du spectre autistique,…

Le jardin thérapeutique est un merveilleux support de soins auprès des personnes handicapées, dès lors qu’il est parfaitement adapté au type de handicap rencontré, dans sa conception comme dans son usage. Il est aménagé pour une totale sécurité des personnes et pour permettre du lien entre elles et les soignants. Le « Jardin de vie » offre aussi l’occasion de créer de l’interaction au sein d’un groupe de personnes handicapées, avec, par exemple, le développement de l’entraide et du partage des tâches d’entretien du jardin.

Personnes fragilisées par la maladie

Traitées en Cancérologie, en Soins de Suite et de Réadaptation, en Addictologie,…

Pour une personne en traitement, en convalescence ou en rééducation, on sait que le mental est un élément moteur du rétablissement et de l’acceptation de la fragilité occasionnée. Le jardin thérapeutique va alors pleinement jouer son rôle d’apaisement. En rééducation, le travail de stimulation physique est essentiel. Le « jardin de vie » peut donner un but au patient pour avancer toujours un peu plus dans sa thérapie et devient un outil de réadaptation à part entière.

Personnes soignées en psychiatrie

Avec des troubles psychiques plus ou moins profonds, pour une prise en charge en court, moyen ou long séjour,…

Les patients qui séjournent dans des structures spécialisées pour la prise en charge de troubles psychiatriques souffrent souvent de pathologies multiples dont l’origine vient de contextes très diversifiés. Ces personnes sont accueillies dans ces espaces pour les aider à faire face à des situations de violences aggravées ou des conduites addictives mettant en cause des drogues dures.
En parallèle des traitements traditionnels, l’objectif du « Jardin de Vie » est alors de procurer une occupation pour atténuer les troubles du comportement, développer la stimulation sensorielle, recréer des repères spatio-temporels dans une nature qui dicte ses propres règles et auquel chacun doit se plier… Avec pour finalité la réduction de la prise en charge médicamenteuse et en particulier des neuroleptiques, pour mener si possible à un sevrage.

Toute autre personne à qui le jardin peut apporter tous ses nombreux bienfaits

Tout-petits en crèche, enfants en école, ou adolescents au collège, collaborateurs d’entreprises, membres de copropriété, particuliers désirant adapter leur jardin à leurs besoins spécifiques,…

Pour y faire quoi ?

En prenant en compte au maximum les attentes exprimées par l’équipe-projet, le « Jardin de Vie » doit répondre à des objectifs thérapeutiques adaptés aux pathologies multiples des résidents ou patients et peut permettre une utilisation à plusieurs visages :

 

  • Un jardin de liberté, où chacun trouve sa place selon son envie du moment,
  • un jardin apportant bien-être et source d’apaisement individuel ou collectif,
  • un jardin contemplatif et multisensoriel (stimulation des sens et réminiscence),
  • un jardin suscitant la mise en mouvement,
  • un support d’ateliers de jardinage (hortithérapie),
  • un jardin support de rééducation (parcours de santé, de proprioception),
  • un jardin ludique et joyeux, suscitant la curiosité, l’exploration,…
  • un jardin des rencontres, d’accueil et d’échanges, pour développer le lien social (entre bénéficiaires, avec les soignants, les familles et visiteurs, avec d’autres générations ou acteurs de la vie du quartier)…

Les jardins thérapeutiques et les pouvoirs Publics

En France, l’Hortithérapie est encore trop méconnue. Mais les choses bougent…
Un « Jardin de Vie » est aussi un outil d’accompagnement thérapeutique permettant la diminution de la prise médicamenteuse et donc des bénéfices médico-économiques.
Les Pouvoirs publics commencent à le comprendre et encouragent son utilisation.
Ainsi, le Plan National Santé Environnement (PNSE) 2015/2019 préconise la mise en place de 10 actions phares parmi lesquelles « Favoriser la nature en ville et créer des jardins thérapeutiques dans les établissements de soin ».