Service de Psychopathologie du développement de l’Enfant et de l’Adolescent – Hôpital Femme Mère Enfant à Bron (69)

Le Service de Psychopathologie du Développement de l’Enfant et de l’Adolescent est intégré à l’Hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME), au sein du Groupement Hospitalier Est (à Bron) des Hospices Civils de Lyon (2ème Centre Hospitalo-Universitaire de France).
L’HFME regroupe l’ensemble de la pédiatrie des Hospices Civils de Lyon, ainsi que les spécialités de gynécologie, d’obstétrique, de néonatologie et de médecine de la reproduction. Cet établissement constitue le principal pôle d’accueil des urgences pédiatriques de l’agglomération lyonnaise.
Le Service de Psychopathologie du Développement de l’Enfant et de l’Adolescent est dédié à la prise en charge et à l’accompagnement pédopsychiatrique des situations complexes. Il est composé de plusieurs unités fonctionnelles, orientées sur l’évaluation et la prise en charge globale et pluridisciplinaire des troubles du comportement et de la régulation émotionnelle de l’enfant et de l’adolescent (enfants de moins de 16 ans). Le service dispose de lits d’hospitalisation pour des séjours en post-crise, programmés ou en accueil de jour.

Le service dispose d’une petite terrasse de 75 m² qui n’était pas utilisée jusqu’alors. Elle a été entièrement sécurisée pour pouvoir y créer un « Jardin de Vie » conçu sur-mesure en fonction des besoins des enfants et adolescents pris en charge dans le service et des objectifs thérapeutiques de l’équipe. De nombreux membres du service ont participé à sa conception : Psychiatres, Pédopsychiatres, Infirmières, Auxiliaires de puériculture, Éducatrices… avec une vigilance particulière sur les restrictions nécessaires liées aux pathologies des jeunes patients (pas d’objets dangereux, hauteur du mobilier, pas de plantes toxiques,…)

Objectifs dans le cadre d’une « évasion » physique et psychique :
– Favoriser la liberté d’aller et venir. Lutter contre le sentiment d’enfermement lié à l’hospitalisation, améliorer le confort des jeunes accueillis dans le Service.
– Promouvoir l’autonomie des jeunes et le développement d’une relation positive entre enfants et professionnels. Soutenir la rencontre dans un cadre apaisant, neutre, non médicalisé, renforcer les liens positifs entre parents et enfants.
– Offrir la possibilité d’activités thérapeutiques nouvelles. Favoriser la concentration, la régulation émotionnelle, les aptitudes et les interactions sociales.
– Favoriser l’expérience sensorielle et amener du bien-être et de l’apaisement par la contemplation et l’échange avec la nature.
– Marquer le cycle de la vie au travers de celui de la nature par l’observation des changements de saison sur la terrasse, et inscrire la notion de temps propre à l’enfant dans celui du cycle de la vie.
– Prévenir les risques d’épuisement des soignants en permettant aux équipes de se poser, se changer les idées, prendre du recul après avoir vécu une situation complexe, ce qui est favorisé par un environnement naturel extérieur.

Le Jardin a été conçu pour permettre une utilisation à plusieurs visages pour le Service de Psychopathologie : 
– un outil de soins non médicamenteux,
– un support d’ateliers de jardinage,
– un lieu de vie permettant les rencontres et l’échange,
– un jardin contemplatif et multi-sensoriel,
– un espace apportant du bien-être et source d’apaisement individuel ou collectif.

Témoignage du Dr Olivier REVOL, Chef du Service de psychopathologie et du développement de l’enfant et de l’adolescent :  » Nos patients présentent des troubles du développement, des difficultés d’apprentissage, des troubles du comportement (hyperactivité, troubles du sommeil, dépression, phobie scolaire, anorexie…), des troubles de la régulation émotionnelle ou d’adaptation socio-relationnelle. Les activités de jardinage aident à se canaliser, à s’apaiser et permettent de travailler les capacités physiques et motrices. En travaillant sur les plantes, ils apprendront à se responsabiliser en respectant le vivant ; l’attente des récoltes au fil des semaines et des saisons leur permettra d’aiguiser leur patience. Ils observeront le cycle de la faune et de la flore tout en apprenant l’autonomie, en utilisant l’outillage par exemple. Les récoltes pourront être utilisées lors des ateliers de cuisine organisés dans le service ; les aromates seront également consommés en infusion lors des tisanes du soir. «